Conférence de Melbourne 2014

 logo sidaction

AIDS 2014 : ENTRE ESPOIRS ET DÉFIS

 

 L’Onusida vient de publier un nouveau rapport révélant que 19 millions de personnes sur les 35 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde ne savent pas qu’elles sont séropositives.

 

« Il faut combler ce fossé entre les personnes qui savent qu’elles sont séropositives et celles qui ne le savent pas, celles qui peuvent accéder aux services de santé et celles qui ne le peuvent pas, et entre les personnes qui sont protégées et celles qui sont réprimées », a déclaré Michel Sidibé, le directeur exécutif de l’Onusida. 

 

PERSONNES IGNORANT VIVRE AVEC LE VIH

Ce rapport montre que lorsque les personnes découvrent qu’elles sont infectées, elles cherchent à bénéficier de traitements antirétroviraux (ARV) afin de pouvoir vivre. En Afrique subsaharienne, environ 90 % des personnes dépistées séropositives ont accédé à des multithérapies antirétrovirales. Parmi ces dernières, 76 % ont une charge virale indétectable. Or, de nouvelles données démontrent que pour 10 % de hausse de la couverture en traitements, on observe 1 % de baisse des nouvelles infections.

 

MEILLEURE COUVERTURE EN MÉDICAMENTS

Les efforts pour améliorer l’accès aux traitements portent leurs fruits. En 2013, environ 2,3 millions de personnes supplémentaires ont pu accéder aux ARV. Ainsi, en juillet 2014, l’Onusida estime que près de 14 millions de personnes sont sous traitements dans le monde. Mais la question de la rétention dans le soin et du suivi sur le long terme reste posée. « Ces chiffres, qui marquent de réels progrès, ne prennent pas en compte les perdus de vue, qui représentent une part encore trop importante des mis sous traitement », estime ainsi Eric Fleutelot, directeur général adjoint international de Sidaction. 
Populations clés et droits humains
Les auteurs du rapport insistent particulièrement sur la nécessité d’une approche intra régionale des données et concentrée sur 12 populations clés particulièrement exposées afin de pouvoir mettre en place une approche adaptée (lire brève « Onusida : nouveaux objectifs pour 2020 »). Parmi ces populations clés, le groupe des adolescentes et jeunes femmes africaines, qui représentent un quart des nouvelles contaminations sur leur continent. Ce sont précisément les populations les plus vulnérables qui sont les plus éloignées de l’accès au dépistage et aux soins. Le rapport rappelle enfin que les discriminations et le non respect des droits humains sont un obstacle majeur.

ESPOIRS ET DÉFIS

Avec 2,1 millions de nouvelles infections en 2013, la baisse observée depuis 2010 est de 13 %. Dans le monde, 35 millions vivent avec le VIH. Si les décès liés au sida continuent de reculer, par contre, la tuberculose continue d’être la première cause de mortalité parmi les personnes vivant avec le VIH. Les nouvelles infections chez les enfants ont diminué de 58 % depuis 2001 et sont passées sous la barre des 200 000 pour la première fois en 2013 dans les 21 pays africains les plus affectés par le VIH. 
Mais 24,7 millions de personnes vivent toujours avec le VIH en Afrique subsaharienne, les adolescentes africaines payant tribut particulièrement élevé à l’épidémie, le taux de couverture antirétrovirale reste globalement bas chez les enfants, et en population adulte de certaines régions (Afrique du Nord et Moyen Orient), une hausse des nouvelles infections dans certaines régions (Europe de l’Est, Amérique du Nord, Afrique du Nord et Moyen Orient, Europe de l’Est et Asie).

Ainsi, si les nouvelles données montrent des améliorations certaines, il serait prématuré et contre-productif de crier victoire trop vite (voir campagne Sidaction 2013). « A l’heure actuelle, aucun vaccin ne permet de prévenir la transmission du VIH et aucun traitement ne permet d’en guérir, ce qui rend impossible le fait d’envisager la fin de l’épidémie, a ainsi rappelé le Pr Salim Abdool Karim, directeur du Centre national de recherche sur le sida en Afrique du Sud. Grâce aux traitements disponibles, en dépistant et traitant le plus précocement possible les gens, un objectif réaliste serait de viser un contrôle de l’épidémie. »

 

Chiffres clés en 2013 : 35 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde -2,1 millions de nouvelles infections par le VIH - 1,5 million de décès dus au VIH

 

Article tiré du https://www.sidaction.org/actualites/aids-2014-entre-espoirs-et-defis-443